Image default
Business & B2B

Le lisier, cette ressource agricole sous-côtée

Le lisier constitue une des ressources agricoles les plus méconnues du grand public. Autrefois associé à son impact environnemental parfois problématique, cet effluent se révèle être une matière première précieuse à l’heure de la promotion des énergies renouvelables et d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement. 

Qu’est-ce que le lisier ? 

Le lisier est un mélange liquide d’excréments et d’urines d’animaux, d’eau et de litière. Cette déjection d’élevage est essentiellement produite par les exploitations bovines, porcines et de volailles. 

Comment valoriser le lisier ? 

Les ambitieux objectifs de développement de l’énergie propre en Europe tendent à transformer la vision que nous avons de certains sous-produits agricoles ou industriels. Ce qui était auparavant considéré comme un déchet se trouve propulsé au rang de ressource à valoriser. C’est le cas du lisier. 

Un substrat organique pour la méthanisation

Dans le contexte de l’économie agricole actuel, la méthanisation fait figure d’une source de revenue potentielle pour augmenter le revenu des exploitations. Les unités de biogaz permettent non seulement de produire de l’électricité et de la chaleur, mais améliorent également l’éco-efficience des élevages en réduisant leurs émissions de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. 

Si le fumier est un substrat organique prêt à l’emploi, ce n’est pas le cas du fumier. Souvent composé à plus de 90 % d’eau, il nécessite l’emploi d’un séparateur de phase lisier afin de récupérer les matières sèches pouvant alimenter une unité de biogaz agricole

Un produit d’épandage agricole

Si l’épandage excessif de lisier pose de nombreux problèmes environnementaux, cette pratique n’est pas nécessairement polluante. La réglementation actuelle encadre parfaitement cette pratique afin d’éliminer les comportements à risque et valoriser l’usage d’un engrais azoté naturel et durable. 

En limitant notamment les périodes d’épandage aux périodes non-pluvieuses, les mesures prises permettent de maximiser l’absorption de l’azote par les plantes et ainsi éviter le versement de nitrates dans les nappes phréatiques. 

Grâce au développement des énergies renouvelables et aux gardes-fous administratifs, le lisier devient une ressource à valoriser bénéfique pour la nature.

Related posts

Comment créer une SAS en ligne rapidement ?

Journal

Comment se lancer dans le secteur entrepreneurial ?

Tamby

Trouver du travail en intérim, à qui faire appel ?

Claude